La kinésiologie

« C’est une pratique destinée à favoriser un état d’équilibre et de bien-être physique, mental et social. Elle propose différentes techniques qui utilisent de façon heuristique la réactivité des muscles aux stress ».
Elle envisage la relation « corps / mental / émotions / histoire de la personne » de manière intégrative.
Elle est un ensemble de techniques manuelles développées à l’origine par des chiropraticiens américains à partir de la gymnastique médicale et de la physiothérapie pratiquées depuis le début du 19e siècle en Suède (source : https://www.kinesiology.com/kinesiology.php ).

La kinésiologie n’est pas une médecine alternative

Elle pourrait s’inscrire dans ce que l’OMS qualifie de « prévention primaire de la santé » ; elle n’est pas aujourd’hui une technique réglementée par l’Etat français et n’est pas inscrite au RNCP (Répertoire National de la Certification Professionnelle) ; elle ne dispose pas d’un code NSF (Nomenclature des Spécialités de Formation ; domaines du développement personnel : 410z ou 413z).
Elle concerne des pratiques « non conventionnelles » du domaine du « mieux-être / bien-être » ; elle ne remplace en aucun cas le suivi par le monde médical.
A l’INSEE, les kinésiologues sont en général référencés par le NAF 8690F (Activités de santé non classées ailleurs).
La kinésiologie est/était répertoriée dans la catégorie : « Développement personnel et bien-être de la personne » ; code K1103 du Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois (ROME) de « Pole Emploi ».

Origines lointaines

H. Kellgren

Le thérapeute suédois, gymnaste médical C. A. Georgii, professeur au Royal Gymnastic Central Institute GCI à Stockholm, a créé, vers 1854, le terme « Kinesiology » à partir du mot suédois « Rörelselära » (science du mouvement) ; cette technique consistait en près de 2000 mouvements physiques et 50 types différents de pratiques de massothérapie.
Le tout premier test musculaire manuel, encore documenté, a été réalisé par le gymnaste médical suédois et kinésithérapeute H. Kellgren.
=> en 1888, un examen musculaire manuel a été introduit aux États-Unis par des physiothérapeutes, gymnastes médicaux suédois à Boston.
=> puis en 1894, Nils Posse, gymnaste médical et physiothérapeute formé en Suède a écrit le tout premier livre avec le mot « Kinesiology » dans le titre de son livre « The Special Kinesiology Of Educational Gymnastics ».
=> ensuite, c’est en 1895 qu’est née la chiropratique avec D. D. Palmer.
=> enfin, à partir de 1912, les tests musculaires manuels ont été approfondis et développés par des physiothérapeutes et chiropraticiens américains
: R.W. Lovett (1912), Bennett (1920 ; toucher de certains points de la tête), Chapman (1930 ; circulation lymphatique), Kendal (1949).
(sources multiples dont https://www.kinesiology.com/kinesiology.php et wikipedia )

Histoire récente

G. J. Goodheart

A partir de 1960, l’orientation sportive/gymnique ci-dessus va évoluer vers la « kinésiologie appliquée » (Applied Kinesiology) et se développer avec G. J. Goodheart (qui met en évidence la relation entre méridiens d’acupressure et organes) et A. G. Beardall à l’ICAK (International College of Applied Kinesiology).
John F. Thie (1973), élève de G. J. Goodheart, construit un système (Touch For Health) qui met en relation : méridiens, muscles et points réflexes (lymphatiques et vasculaires).
La « kinésiologie énergétique, structurelle et émotionnelle » (Energy Kinesiology) va se construire de son coté et se décliner, partout dans le monde, avec de nombreux systèmes autour de l’émotionnel et de la gestion du stress (D. Whiteside, G. Stockes, J. Diamond, P. Dennison, J. Barton, A. Verity, W. Topping, B. Dewe, R. Utt, etc).
Plusieurs techniques vont naître, en particulier en France, à partir des années 1990 : Kinésiologie Harmonique, Adaptogénèse, Kinésiologie Périnatale, etc

Le kinésiologue n’établit aucun diagnostic médical

Il ne prescrit pas, ne traite pas, ne demande jamais de suspendre un traitement ; il apporte un complément éventuel aux professionnels de santé dans le domaine de la gestion du stress et des émotions.

La kinésiologie au Québec

Elle a une autre définition, un autre champ d’action au Québec ; là-bas et pour reprendre la définition de la Fédération des Kinésiologues du Québec (FKQ) : « Le kinésiologue est le professionnel de la santé expert du mouvement humain, qui utilise l’activité physique et motrice à des fins de prévention, de traitement et de performance ».
Merci de consulter la page relative aux codes de déontologie des syndicats SNK et SKPF.