Kinésiologie

Définition de la kinésiologie : "La kinésiologie est une pratique professionnelle destinée à favoriser un état d'équilibre et de bien-etre physique, mental et social. Elle propose différentes techniques qui utilisent de facon heuristique la réactivité des muscles aux stress".
La kinésiologie n'est pas une médecine alternative mais elle pourrait s'inscrire dans ce que l'OMS qualifie de "prévention primaire de la santé".
Si  elle n'est pas aujourd'hui une technique règlementée par l'Etat ; elle est répertoriée dans la catégorie : "Développement personnel et bien-etre de la personne" ; code K1103 du Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois (ROME) de "Pole Emploi".

Histoire : à partir des travaux du Dr Palmer (1897 ; chiropratique), du Dr Bennett (1920 ; toucher de certains points de la tête), du Dr Chapman (1930 ; circulation lymphatique), le Dr Goodheart (1960) met en évidence la relation entre méridiens d'acupressure et organes ; la "kinésiologie appliquée" (Applied Kinesiology en américain) se développe à partir de tous ces travaux.
John F. Thie (1973), élève du Dr Goodheart, construit un système (Touch For Health) qui met en relation : méridiens, muscles et points réflexes (lymphatiques et vasculaires) ; la "kinésiologie" (Energy Kinesiology en américain) va se construire de son coté et se décliner, partout dans le monde, avec de nombreux systèmes autour de l'émotionnel et de la gestion du stress (Daniel Whiteside, Gordon Stockes, Dr Diamond, Paul Dennison, Wayne Topping, etc).
Plusieurs techniques vont naître, en particulier en France, à partir des années 1990 : Kinésiologie Harmonique, Kinésiologie Périnatale, etc
Voici un arbre présentant quelques unes des branches de la kinésiologie (Energy Kinesiology).


Code de déontologie du S.N.K (Syndicat National des Kinésiologues) :

  1. Respecter le Code Déontologie ci-dessous dans l’exercice de la kinésiologie.
  2. Respecter sans restriction les droits de l’homme et la législation française et / ou européenne.
  3. N’établir aucun diagnostic, ni pronostic, ni traitement, ni prescription médicale, ni régime alimentaire.
  4. Rappeler aux personnes souffrant de symptômes que le kinésiologue® n’est ni médecin ni thérapeute et qu’elles doivent donc impérativement consulter.
  5. S’assurer en fin de séance que la personne est dans un état émotionnel stable c’est-à-dire exempt de tout stress ou bouleversement émotionnel. Par ailleurs, le kinésiologue peut, si besoin est, indiquer au consultant des exercices simples et appropriés à faire après la séance pour continuer à avancer vers l’objectif et/ou le mieux être souhaité.
  6. Respecter totalement le secret professionnel, notamment en ce qui concerne tout ce qui se dit en séance ainsi que l’anonymat des consultants.
  7. N’utiliser aucun appareil non validé par le SNK.
  8. M’abstenir :
  • De toute demande d’interruption d’un traitement médical.
  • De mélanger dans une séance la kinésiologie une forme quelconque d’ésotérisme.
  • De présenter la kinésiologie en termes laissant croire qu’il s’agit d’une méthode de guérison et donc d’éviter les langages et / ou termes médicaux.
  • De détourner le test musculaire pour en faire un instrument de prédiction du futur ou pour détecter ce qui pourrait être interprété comme une « vérité » dont le bien fondé serait invérifiable.
  • D’utiliser le test musculaire en vue d’identifier des faits passés visant à confirmer ou à infirmer des hypothèses ; d’affirmer des certitudes à propos d’évènements que la personne auraient vécus, dépassant les limites des souvenirs conscients (exemple : vies antérieures, affirmation d’abus sexuels, « syndrome des faux souvenirs »…)
  • D’affirmer ou de confirmer tout événement de l’histoire de la personne qui ne peut être vérifié par elle-même ou son entourage.
  • De tout prosélytisme politique, religieux ou autre et respecter les croyances du consultant excluant ainsi toute forme de jugement.

Le kinésiologue n'établit aucun diagnostic médical, ne prescrit pas et ne traite pas ; il ne demande jamais de suspendre un traitement ; il apporte un complément éventuel aux professionnels de santé dans le domaine de la gestion du stress et des émotions.